NDÉNÉ BITEYE (Journaliste sportif) : Un an après sa disparition, plus aimé que jamais par les confrères

People samedi, 31 août 2019 00:00

Ndéné Bitèye s'est éteint dans l'après-midi du vendredi 31 août en 2018. Un an plus tard, les confrères cherchent toujours à honorer le défunt journaliste sportif de Walf'Quotidien en faisant des posts et autres publications sur les réseaux sociaux.

Depuis sa disparition, le 31 août 2018, les confrères et ses anciens «compagnons de guerre» n'ont eu de cesse de lui rendre hommage. Depuis un an, il semble pourtant que l'on ait «tous en nous quelque chose de Ndéné Biteye».

Dans les 365 jours qui suivirent son décès, les confrères évoquent d'une même voix l'amour des journalistes sportifs pour le natif de Ndoffane, un 21 avril 1983.

Ce samedi 31 août 2019, jour d'anniversaire de sa disparition, son nom résonne entre les colonnes du forum de l'Association nationale de la presse sportive (Anps). Et bien sûr, dans le cœur de certaines consœurs qui se sont rappelées de leur «homme».

Coumba Dia du site sportif Gradins.net a livré, sur Facebook, «sa grande tristesse et son désarroi» de ne plus retrouver l'homme avec qui elle avait fait le voyage en Gambie, sur invitation de Sports journalists association of The Gambia (Sjag). Même son de cloche dans le cercle restreint de la commission de l'Anps.

Le président Abdoulaye Thiam, «grand-frère» du journaliste disparu, n'hésite pas à établir un lien de parenté. «Il était à la fois un confrère mais aussi un petit frère.

Respectueux et sérieux, généreux et jovial. Compétent et passionné du sport. Il est parti à la fleur de l'âge. Il a été un grand acteur dans les relations entre la presse sportive sénégalaise et gambienne. C'est pourquoi, l'ANPS a décidé de baptiser son siège à son nom», expose-t-il aujourd'hui.

«Personne ne pourra oublier ce garçon chaleureux et sympathique. Sa disparition m'a dégoûté du journalisme. Il m'était très proche et à tout point de vue», reconnaît Nicolas Sonko, son chef de desk à Walf'Quotidien.

Certains professionnels des médias ont préféré opter pour sa photo, en profil WhatsApp ou Facebook, où les commentaires et prières pour repos de son âme polluent les pages.

Papa Lamine Ndour du quotidien sportif Stades témoigne : «Il était notre ami et nous avons perdu notre confrère. Il était des nôtres et nous avons perdu cette part de nous-mêmes.

Ndéné (Biteye), le merveilleux, le génial, le drôle!». Notre confrère de Africom estime que son «absence se sent à chaque fois qu'on se retrouve dans les aires de jeu». «Son nom revient sans cesse dans nos discussions entre confrères».

Ousmane Diop (l'Obs), Ousmane Dicko (Seneweb) et François Diouf, ses «coéquipiers», n'ont pas dit le contraire.

«Zizou», né Ndéné Bitèye, «aimait son amie Thioro et Mbar Ndiaye l'adorait», reconnaît Ibrahima Baldé, journaliste à Sud Quotidien. «Il y'a un an, jour pour jour, que tu es parti me laissant dans la tristesse et le desarroi.

Tu vivras en moi à jamais», a publié la journaliste de Tfm. Depuis un an, il ne s'est pas passé une semaine sans que l'une des animatrices de Yéwoulène ne lui renouvelle son amitié via Facebook ou WhatsApp.

Son décès, à la suite d'un accident de route, avait provoqué une émotion chez des dizaines de journalistes, anonymes ou célèbres.

Le vibrant hommage porté depuis vendredi par les confrères, consœurs, amis et proches, à travers les commentaires sur la toile, un an plus tard en témoigne. Repose en Paix Ndéné!

Avec Dakaractu

Read 132 times Last modified on samedi, 31 août 2019 21:28