L’ex-international ivoirien, Emmanuel Eboué sur le point de tout perdre suite à son divorce

People Written by  dimanche, 24 décembre 2017 00:00 font size decrease font size increase font size

L'ancien joueur d'Arsenal, Emmanuel Eboué est sur le point de tout perdre à la suite de son divorce avec son épouse Aurélie.

 

Il y a onze ans, il était titulaire en finale de Ligue des Champions.

Aujourd'hui, Emmanuel Eboué a 34 ans, un CV incroyable, mais plus grand chose en poche. L'ancien latéral d'Arsenal et de Galatasaray passe son temps à voyager en bus pour esquiver les huissiers. Quand il ne peut dormir chez lui, il doit se contenter du plancher d'un ami.

L'Ivoirien a tout perdu, même l'envie de vivre par moments « Je veux que Dieu me vienne en aide. Lui seul peut m'ôter ces pensées de mon esprit » explique-t-il au Mirror.

« Je ne sais pas quand la police viendra »

Une déchéance amorcée par une fin de carrière précipitée par une suspension d'un an à la suite d'un litige financier avec son agent, puis achevée par son récent divorce. Son ex-femme Aurélie, qui gérait les finances d'Eboué, a obtenu la totalité des biens, y compris la garde de leurs trois enfants.

Selon le Mirror, l'ancien joueur ne peut plus se payer d'avocat et devrait donc bientôt être expulsé de sa maison: « Je suis dans la maison, mais j'ai peur. Je ne sais pas quand la police viendra me vider ».

Le joueur admet avoir été naïf en confiant toutes ses finances à son épouse. Loin est le temps où le joueur récoltait des millions d'euros avec Arsenal et Galatassaray, payé plus de 1,5 million d'euro par an.

Les paroles d'Eboue :

« j'ai perdu mon travail, j'ai perdu ma femme, j'ai perdu ma famille, c'est dure, c'est très très dure » (il écrase une larme)

« Souvent quand je suis chez moi, j'éteins toutes les lumières de sorte à faire croire aux gens que je ne suis pas là ».

« ...Ecoutez si je n'ai pas de machine à laver, je suis obligé de laver mes vêtements moi même, mes jeans, mes pulls, etc.; regardez comment mes mains sont devenues dures. Si je vous gifle vous pouvez mourir » (le journaliste rigole)

« Un jour j'étais à la maison et je suis allé prendre mon bain. L'eau était froide. Alors j'ai demandé à ma sœur en criant: « pourquoi il n'y a pas d'eau chaude dans la maison » ? Elle m'a répondu: « regarde le compteur du chauffage ». J'ai regardé et j'ai vu 0$ sur le compteur ».

« quand je prends le bus je suis obligé de me cacher pour que les gens ne me reconnaissent pas ».

Parlant de l'injonction de l'huissier de quitter sa maison: « je continuerai de ma battre pour rester dans cette maison; j'ai payé des maisons pour rendre ma famille heureuse; ce n'est pas parce que j'ai des problèmes financiers liés à mon divorce que je vais me retrouver à la rue. Je me battrai jusqu'à la fin ».

« Aujourd'hui je n'ai pas d'abonnement pour mon électricité. Pour avoir l'électricité chez moi, je paye une carte et il arrive des jours où il n'y a pas d'électricité chez moi parce que je n'ai pas d'argent pour recharger. Je n'ai jamais connu cette vie ».

« Mes enfants ? je ne peux pas les voir parce que [... il reste silencieux]. Vous savez ce sujet me êine beaucoup parce que mes enfants sont une partie de moi et elle (sa femme) le sait. Cela fait six mois que je ne peux pas les voir. Mes enfants me manquent ».

« Quand je rentre chez moi, que je vois des enfants avec leurs parents en train d'aller se promener et faire du shoping cela me fait mal au coeur ».

« Mêmes mes enfants souffrent de ma situation. A l'école leurs copains se moquent d'eux en disant que leur papa ne peut plus jouer au football ».

« je demande de l'aide à ARSENAL. Quand je dis de l'aide, je ne parle pas d'argent, je veux juste travailler pour ce club et aider par exemple les jeunes, et ça me soulagerait beaucoup ». (Il écrase une autre larme)

Read 231 times Last modified on dimanche, 24 décembre 2017 23:44