RALLYE RAID DAKAR (Cyril Despres sur le parcours du Dakar 2018) : «Un peu hors norme»

Omnisports Written by  lundi, 27 mars 2017 00:00 font size decrease font size increase font size

Troisième du dernier Dakar auto et quintuple vainqueur en moto, Cyril Despres apprécie le tracé de l'édition 2018 et notamment le retour au Pérou.«Que vous inspire le parcours du Dakar 2018 ?J’ai de bons souvenirs au Pérou, et pas seulement du pays et des dunes. On est arrivé une fois dans ce pays et j’ai gagné et on est reparti une fois du Pérou et j’ai gagné aussi en moto. Les organisateurs ont bien pris conscience qu’il manquait un peu d’exotisme sur le Dakar 2017. Aller en Bolivie à cette période, c’est prendre le risque d’avoir de la pluie et du froid pour les motards. Passer de longues journées là-haut, c’est un peu too much. Le parcours du Dakar 2018Le Dakar n’était plus passé par le Pérou depuis 2013…Oui, et en plus, on y est allé que deux fois depuis le début du Dakar en Amérique du Sud, c’est peu. C’est vraiment un endroit qui ressemble au Sahara. Ce sera la 40e édition du Dakar, les organisateurs se devaient de faire quelque chose de différent, d’un peu hors norme. En Amérique du Sud, ces grandes étendues de sable, elles ne sont qu’au Pérou, en tout cas, de ce que je connais. Il y en a un peu au Chili, mais ce n’est pas comparable à ce type de terrain sablonneux. C’est un terrain exigeant…Exigeant, ce n’est pas le premier mot qui me vient. Ces paysages sont tellement grandioses et ce terrain est tellement difficile en terme de navigation… Ce sont de grandes étendues sans points de repère et rien ne ressemble plus à une dune qu’une autre dune. Là, au moins, il y a du costaud. Avec notre voiture on n’a jamais réussi à s’exprimer pleinement dans les dunes et dans le sable, et j’espère qu’on va pouvoir le faire en 2018. Ce type de terrain nécessite d’autres qualités que du pilotage, et j’espère les avoir encore. Je les avais il y a quelques années en moto (rire). Le Dakar vous emmènera ensuite en Bolivie et en Argentine, cette seconde partie de parcours vous plait ? Ça peut être très intéressant. Quand la course partait de Paris et arrivait à Dakar, il y avait trois types de terrain : le Maroc entre les montagnes et les cailloux, la Mauritanie avec du sable et des dunes et enfin des pistes sinueuses dans la Savane. Si on compare, dans le désordre, c’est ce qu’on fait avec le Pérou, la Bolivie et l’Argentine. Ce Dakar me fait un peu plus envie que le Dakar 2017 sur le papier.»

Lequipe.fr
Last modified on lundi, 27 mars 2017 14:35