BASKET : Le président de la NBA Afrique, Amadou Gallo Fall, exhorte à plus de professionnalisme

Omnisports Written by  jeudi, 19 septembre 2019 00:00 font size decrease font size increase font size

Déçu par la performance des « Lions » du Sénégal, Amadou Gallo Fall, le Dg de la NBA Afrique, vice-président de la NBA, a tiré le bilan de la participation du Sénégal au mondial masculin. Le fondateur de Seed academy, dresse un bilan négatif, sur la participation du Sénégal à ladite compétition où il s'est classé 30e/32 nations. Un recul par rapport à 2014 estime t-il...

Une situation qui fait dire à Gallo Fall que le basketball sénégalais doit tendre vers plus de professionnalisme. « Que ça soit une équipe nationale ou toute autre forme de compétition, cela doit être géré par des professionnels qui s'y connaissent en basket. Des gens qui ont de la vision. Nos équipes perdent les matches avant même de les avoir joués. Il y a beaucoup à dire », a déploré Mr Fall en marge de la visite, au Sénégal, des membres de l'Agence française de développement (AFD) sous la présidence de Remy Rioux.

Sur le mondial raté des troupes de Tapha Gaye, Gallo Fall de faire le comparatif avec celui de 2014, qui laissait présager d'un avenir radieux pour le basket sénégalais au niveau mondial « La coupe du monde de 2014 nous avait valu une grande satisfaction avec une qualification au second tour et des prestations de niveau mondial. Là, je constate qu'on a fait un grand bond en arrière. Il y a une réflexion de fond qu'il faudra faire » argue le boss de la NBA Afrique, tout en proposant la mise en place d'un cadre d'échanges et de concertations pour trouver et déployer des solutions efficaces et pérennes.

Sur les conditions de prédation des joueurs, il précise que « les jeunes qui ont gueulé, avaient toutes les raisons de le faire, Ce sont des professionnels, les mettre dans certaines conditions de préparation, c'est les envoyer au pilori. Ce sont des gosses que je connais, Maurice et Hamady sont des garçons bien élevés qui ont la fibre patriotique. Ce sont des joueurs qui mouillent le maillot depuis des années. Si on parle toujours de primes, c'est parce qu'il a un problème qui persiste. » fustige l'actuel président de la Basketball Africa League (BAL.)

D'ailleurs, il a précisé que les éliminatoires étaient prévues sous peu, avec un fort taux d'inscription de clubs intéressés par le tournoi. Au total 12 équipes seront choisies sur les 6 pays déjà désignés par la BAL. En attendant la confection du calendrier final.

Avec dakaractu