MONDIAL 2018

MONDIAL 2018 37

J'avais l'habitude de voir les cérémonies d'ouverture des grands rendez-vous sportifs au stade ou devant le petit écran et j'y prenais du plaisir, mais ma première couverture des Championnats du monde d'Athlétisme tenus du 22 au 30 août 2015 à Beijing en Chine m’a fait comprendre que le sport n’est plus un jeu comme il a été conçu, mais plutôt un facteur de paix, d'union, de cohésion sociale et surtout de développement et de promotion de la culture. Chose qui a été confirmée cette année, lors de la couverture de la Coupe du monde Russie 2018 et qui m’a encore fait vivre une autre expérience en tant que jeune journaliste sportive.

Pierre Fredy de Coubertin ou baron de Coubertin, aurait été heureux de voir aujourd’hui l’évolution du sport dont il a participé à l’éclosion et au développement. L’auteur de la devise olympique “plus vite, plus haut, plus fort” serait satisfait de voir l’essor du sport et son impact dans l’évolution des pays dans le monde entier. Pour la première fois au Sénégal, cinq (5) journalistes sportives femmes ont même eu la chance de couvrir la 21e édition de Coupe du monde Russie 2018 parmi la trentaine de journalistes sénégalais accrédités pour cette prestigieuse compétition. Une belle expérience qui n’était pas facile mais qui a été d’une très grande richesse.

Arrivée à Moscou deux jours avant le premier match du Sénégal contre la Pologne (2-1), il fallait faire 2h de route pour rallier la ville de Kaluga qui était le camp de base de l’équipe nationale du Sénégal mais aussi de la presse sportive sénégalaise.
Durant tout le séjour, ce qui a le plus marqué a été l’attitude des Russes car d’aucuns laissaient entendre des stéréotypes. Il a fallu être sur place pour savoir que tel n’était pas le cas. Seul le sport avait ainsi cette possibilité de rassembler ces millions de personnes venues vivre leur passion du ballon rond. A Beijing, ce qui nous avait marqué étaient le beau Parc Olympique, le mythique stade national aussi appelé « Nid d'oiseau » de par son architecture. Avec une capacité d'accueil de plus de 80.000 places, cet édifice a été la principale structure des Jeux olympiques et paralympiques d'été de 2008. Le centre national de natation surnommé « cube d'eau » ou encore la Tour "Linglong" qui a abrité les studios de télévision durant les Jeux olympiques de Pékin.

En Russie, les trois villes où les ‘Lions’ du Sénégal ont effectuées leurs matches ont chacune eu sa particularité. Moscou où il est possible de découvrir de charmantes petites villes russes chargées d’histoire mais aussi de beaux endroits tels le Kremlin et la place Rouge. Cette dernière a accueilli tout au long de la compétition, des milliers de personnes venus d’horizons diverses pour regarder les matches en écran géant mais aussi communier entre eux.

Ekaterinbourg a aussi été une étape très marquant durant notre séjour en Russie. Pour couvrir le match Japon-Sénégal soldé sur un nul 2-2 à Ekaterinbourg Arena, il fallait faire 17h de bus à l’aller comme au retour en compagnie des autres journalistes sportifs sénégalais sur place. Ce moyen a été pris par l’ANPS pour permettre aux journalistes de profiter du voyage pour également visiter la ville. Une belle expérience bien que le voyage était un peu long.
A Samara également, lors du dernier match des ‘Lions’, nous avons découvert une ville accueillante, des infrastructures bien aux normes entres autres.

Le Ministre des sports du Sénégal Matar Ba, interrogé sur cet aspect a raison d'évoquer le facteur développement qu'entraîne le sport. "C'est inévitable, le sport est facteur de développement parce que quand on organise une manifestation comme la Coupe du Monde qui nous réunit ici, le pays d'accueil est obligé d'investir, de faire des routes, de construire des hôtels, des stades, et toutes sortes d'infrastructures qui concourent au succès de la manifestation". "Le sport est aussi facteur de paix parce qu'il amène les gens ensemble dans un esprit de Fair-Play, d'amitié, de fraternité et dans ces conditions aussi, le sport crée l'apaisement une bonne relation entre les parties prenantes, sans oublier aussi qu'il est source de santé et d'éducation pour la jeunesse », a-t-il laissé entendre.

Les Nations Unies l'ont très bien compris puisqu'elles ont adopté une résolution qui donne au sport ses missions de contribution au développement, à la promotion de la paix, de la santé et de l'éducation
Les cinq journalistes femmes d’organes de presse différents, ont abattu le même travail que les hommes et faisaient tout pour faire vivre la population sénégalaise au cœur de l’événement.

En tant que jeune journaliste spécialisée dans le sport, nous avons eu l’opportunité d’apprendre plein de choses lors de notre séjour en Russie pour les besoins de la Coupe du Monde. Comme ce fut le cas lors de notre première expérience aux Championnats du Monde d’athlétisme Pékin 2015, nous avons pu vivre une émotion forte en direct en regardant la performance des meilleurs footballeurs du monde. Le plus important aura aussi été l'aspect humain qui peut exister dans le sport, le développement politique économique et culturel que le sport peut engendrer et surtout la cohésion sociale entre les hommes. Mais aussi et surtout le fait qu’être femme ne signifie pas que tu ne devrais pas exceller dans le milieu du sport

Sport, Développement et Paix YES!!!

www.gradins.net

 


Derrière l'Argentine 1978, la France 2018 est la deuxième plus jeune championne du monde de l'histoire. S'il ne faut jamais insulter le futur, l'avenir bleu a belle allure et le noyau dur des champions du monde peut déjà viser le Qatar. Voire plus loin encore.


Face à un adversaire de standing, l'équipe de France a enfin levé les doutes sur son potentiel réel. Voici comment elle a pris le dessus sur l'Argentine.


Après leur défaite face à la Colombie (0-1) synonyme d'élimination de la Coupe du monde, les Lions quitteront Kaluga samedi à 14h heure locale et 11h GMT.


En conférence de presse après match, le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé a manifesté sa déception suite à l'élimination des Lions pa la Colombie au premier tour de la Coupe du monde 2018. Cependant, le technicien aurait préféré «éliminé» pour une autre raison.


Assurée de se qualifier pour les huitièmes de finale en cas de victoire contre le Sénégal, la Colombie a fini par arracher les trois points (1-0) malgré la blessure de son meneur de jeu, James Rodriguez. Les Lions de la Teranga sont eux éliminés pour une histoire de cartons. 


C'est un très grand joueur, il a fait ses preuves avec Monaco. Il a été longtemps blessé, il est revenu de blessure. Il a beaucoup travaillé pour être à ce niveau. Moi je compte sur 23 joueurs. Il y a eu des choix qui ont été faits. Mais je sais que c'est un garçon qui, s'il entrera sur le terrain, apportera ce qu'on attend de lui. J'ai énormément confiance en lui.
Il a des qualités pour débuter. Mais c'est des choix tactiques par rapport à un schéma mis en place. Demain, il peut commencer, mais il peut entrer en cours de jeu.

Envoyée spéciale en Russie


En conférence de presse de veille de match du Sénégal contre la Colombie jeudi à Samara, le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé est revenu sur l'adversaire des Lions et se dit compter sur son milieu pour décrocher la qualification en 8es de finale du Mondial Russie 2018.

Avis sur l'adversaire

Je n'aime pas trop parler de l'adversaire. Je pense que c'est l'entraîneur colombien qui est bien placé pour parler de son équipe. Moi, je suis entraîneur du Sénégal. Si vous me posez des questions sur mon équipe, je pourrais vous répondre. Mais pour être bref, la Colombie a des individualités comme Falcao, James. On les connait. C'est des joueurs vraiment de top niveau. Donc, nous savons que c'est une équipe capable de jouer en attaque rapide et d'être très performants en attaque placée. Techniquement, c'est une très belle équipe.

Le match

Nous avons que c'est une rencontre difficile qui nous attend. Je le répète, le Sénégal a des arguments à faire valoir. Nous rentrerons sur ce terrain avec l'intime conviction de nous qualifier.
La Colombie que j'ai vu jouer contre le Japon et la Pologne a mis beaucoup d'impact sur les duels. C'est des joueurs qui sont vraiment engagés. Le Sénégal, c'est pareil, c'est des joueurs engagés. Donc, un très bon milieu de terrain capable de sortir des ballons (...) Je pense que la bataille du milieu sera déterminante

Objectif

Tous les matchs, nous les abordons pour les gagner. Il n'y a pas de souci à faire. Quand on entrera sur le terrain, c'est de jouer pour gagner.

Style de la Colombie
Je pense que la Colombie, j'ai l'impression que c'est pratiquement le même style de jeu. C'est l'engagement, c'est la vitesse. C'est une équipe qu'on connait, qu'on a déjà en match amical, en 2014, avant qu'ils ne préparent leur Coupe du monde. Je pense qu'on va avoir un match vraiment disputé, un match très intéressant, où il y deux équipes qui sont capables de faire partie des meilleures de ce tournoi-là.
C'est vrai que la Colombie peut nous poser quelques problèmes. Mais nous aussi, je crois qu'on a des arguments à faire valoir. Et demain, on saura bien les jouer.

Système de jeu à apporter

C'est des matchs internationaux, des matchs difficiles de la Coupe du monde avec des styles différents. Contre le Japon, on a bien commencé le match. On a su marquer. Par la suite, on a un tout petit peu reculé. On a tiré les enseignements de ce match.

Contre la Pologne, c'était un autre système, une autre identité. La Colombie, c'est différent du Japon et de la Pologne. Chaque match, c'est différent. C'est ce qui est intéressant dans cette poule là. Il y a l'Asie, l'Europe, l'Amérique du Sud.
Nous savons que la Colombie fait partie des meilleurs de ce football mondial. Le Sénégal fait aussi partie des meilleures équipes africaines. Donc, nous allons vers une très belle confrontation.

L'engagement des remplaçants

Il y a 1500 joueurs sénégalais. Et choisir 23 joueurs pour venir jouer une Coupe du monde, chaque sélectionné doit savoir que c'est un privilège de porter le maillot de l'équipe du Sénégal.
Ça fait bientôt un mois qu'on est ensemble. Au contraire, je vois des joueurs concernés. Mais bon, je ne vois pas un joueur qui ne joue pas et qui soit heureux.

Scenario de 2002

C'est plus que possible. Aujourd'hui, on a quatre points. La Colombie doit nous battre pour se qualifier. Nous, on peut battre la Colombie. Notre état d'esprit n'a pas changé, c'est de jouer les matchs après les autres. Il y a un capital confiance qui est là. Il n'y a pas beaucoup d'équipes qui ont 6 points. Et il y en a qui ont 4 et eux, ils ont 3. C'est l'option que nous avons, c'est d'aller en huitième de finale. Et ça va passer par la Colombie.

Message au peuple

Je n'ai aucune raison de penser que le Sénégal ne peut pas se qualifier. Comme je le dis, aujourd'hui, on est dans le tempo. Même si on pouvait envisager de prendre trois points contre le Japon. Même si on avait 6 points, il fallait prendre un point, demain, contre la Colombie. Car, ça ne nous garantissait de nous qualifier d'office.
Maintenant, on a 4 points, comme en 2002. Le groupe est conscient de ça, on continue le travail. Nous avons envie de nous qualifier. La motivation et la confiance sont là, on sait que c'est 90 minutes ou 95 mn pour vraiment entrer dans la compétition. Nous sommes vraiment déterminés pour ça.

Envoyée spéciale en Russie


Championne du monde en titre, l'Allemagne est déjà au tapis. Pour la première fois de son histoire, la Mannschaft échoue à franchir la phase de poules après sa défaite contre la Corée du Sud (2-0) mercredi. Les hommes de Joachim Löw terminent même à la dernière place du groupe F. Un gigantesque fiasco.


C'est maintenant officiel. L'international sénégalais Sadio Mané gardera désormais le brassard de capitaine des "Lions" du Sénégal.


Page 1 sur 3

 

 

BanniereGifSK24

senkeur24